IT

Dans notre monde actuel, on assistait à une invasion numérique sur divers domaines de notre quotidien. L’un de ses aspects dans le commerce est « le Bitcoin » qui a occupé une place importante dans les opérations commerciales. En 2014, il y avait une croissance de 500% de marchands acceptant cette devise. En décembre 2017, sa capitalisation a atteint les 200 milliards de dollars.

C’est quoi le Bitcoin ?

Il s’agit d’une monnaie virtuelle (ou crypto-monnaie) créée en 2009 par un groupe de programmeurs informatiques portant le pseudonyme «Satoshi Nakamoto ». Son unité de compte est le Bitcoin. Son émission a été limitée à 21 millions d’unités. Il s’échange sur des plateformes en ligne contre d’autres devises monétaires tels que l’Euro, le Dollar…  Cet échange se fait en dehors des réseaux bancaires traditionnels.

Comment gérer le bitcoin ?

Le « Blockchain » est l’armature de gestion des bitcoins. C’est un registre virtuel où chaque bloc correspond à une quantité de bitcoins nouvellement créée après avoir passé par l’opération de minage. Cette dernière est assurée par des agents qui effectuent des calculs informatiques pour vérifier, sécuriser et enregistrer les transactions entre utilisateurs.

Comment acheter et payer avec les bitcoins ?

Plusieurs plateformes telles que « Peer to peer » sont dédiées pour obtenir des bitcoins en les échangeant  avec d’autres internautes en ligne. D’autres encore sont consacrées à convertir des Dollars ou des Euros en Bitcoins telles que Paymium à Paris ou Bitcoin.de en Allemagne.

Cependant, pour payer avec cette crypto-monnaie, le client doit disposer d’un porte-monnaie électronique à travers une application mobile ou un site internet qui gère les porte-monnaies. Par conséquent, le client recevra une adresse du vendeur à laquelle il doit transférer le montant nécessaire des Bitcoins pour le service.

Que doit-on savoir avant d’investir en Bitcoins ?

Comme tout nouveau domaine, le bitcoin présente quelques lacunes.

En effet, sa valeur n’est pas régulée par aucun système bancaire.

De plus, le domaine de Bitcoin est dépourvu d’un cadre juridique. Ce qui pourra former une conjoncture propice pour les arnaques.

Enfin, la Blockchain des Bitcoins n’est utile que pour des transactions simples comme l’échange de biens. Par contre, l’Ether est une monnaie virtuelle qui peut être un moyen de paiement de « smart contracts ».

En conclusion, il est certain que  ce nouveau concurrent commence à émouvoir les banques centrales. Néanmoins, il présente quelques risques à prendre en considération avant de s’en investir.

Facebook Comments