IT

A l’heure actuelle, on entend parler de la crypto-monnaie partout dans le monde surtout, après le débat récemment déclenché en Tunisie. Bien qu’on en parle sans cesse, ce concept demeure encore flou et mystérieux chez la plupart des personnes. D’ailleurs, beaucoup sont ceux qui en entendent parler mais qui se trouvent dans le confus total.

D’une part, on ne sait même pas ce que c’est qu’une crypto-monnaie. D’autre part, on ignore la raison pour laquelle certains pays s’y opposent fortement ?

Crypto-monnaie : qu’Est-ce que c’est ?

Il s’agit en fait d’une devise numérique ou simplement d’une monnaie virtuelle alternative à celle qui est classique. En effet, Il ne concerne plus les méthodes de paiement traditionnelles c’est-à-dire pas de pièces, pas d’espèces, pas de cartes bancaires ni chèques ou n’importe quel autre support physique.

Entrons un peu plus dans les détails techniques, les crypto monnaies sont généralement conçues par le biais d’un logiciel open source. Elles utilisent la technologie « Blockchain » ainsi que d’algorithmes cryptographiques pour garantir la fiabilité et la traçabilité des transactions. Etant donné que ça soit un concept purement virtuel, la question de la sécurité constitue un enjeu majeur. D’ailleurs, on peut facilement tirer du nom « Crypto-monnaie » le fait que la devise est cryptée. Et donc, ce n’est utilisable que par les personnes ayant un code de décryptage à travers des données personnelles telles que un mot de passe, une empreinte digitale, une reconnaissance faciale ou autre.

Cependant, tout ce qui est permis par la monnaie traditionnelle est de même, réalisable à l’aide d’une crypto-monnaie (transaction financière, achat, virement etc). Tout cela est garanti en seulement une étape clé. Il suffit d’un simple clic et avec l’intermédiaire d’un portefeuille numérique protégé par un code secret du propriétaire. Ceci dit, on peut constater qu’une transaction virtuelle est très rapide, peu coûteuse et se fait dans l’anonymat absolu.

Pour récapituler, il n’existe vraiment pas de banques centrales ou d’institutions financières aux têtes des crypto-monnaies. Pourtant, la transparence et la sécurité restent leurs principaux atouts. C’est grâce à la cryptographie qui vérifie et enregistre les transactions dans un domaine public et la technologie « Blockchain » qui garantit l’authenticité et la confidentialité.

 

Les principales Crypto-monnaies : l’avenir du monde de finance ?

Nombreuses sont les crypto-monnaies qui existent et qui sont rapidement scrutées dans le secteur de la finance. Néanmoins, celles qui peuvent être qualifiées comme prometteuses et populaires sont seulement quelques dizaines.

  • Le Bitcoin

Vous avez sûrement entendu parler du Bitcoin ! En effet c’est la première crypto monnaie qui a vu le jour et a reconnu un succès énorme. Depuis sa création, la valeur du bitcoin a connu un essor exponentiel en augmentant 1500 fois entre 2012 et 2017. L’année 2017 a représenté le comble de pic pour le bitcoin dont la valeur a varié de 950€ à plus de 16000€ en une même année !  Désormais, sa valeur est aux alentours de 5620€.

D’après la capitalisation boursière du 5 mai 2021 : la valeur est estimée à 1046,314 milliards de dollars.

En parallèle du Bitcoin, il existe d’autres crypto-monnaies citons à titre d’exemple l’Ethereum(ETH), Ripple(XRP), Stellar(XLM), Dash(DASH), TEZOS(XTZ)… Quoique la réussite du Bitcoin intéresse tant d’investisseurs, ces autres devises n’ont pas échoué à attirer leur attention. Elles ont fait preuve d’innovation dans les solutions proposées tout en utilisant la technologie « Blockchain ». D’ailleurs, Ether, Ripple et Litecoin font désormais partie des top 5 des monnaies virtuelles ayant la plus énorme capitalisation boursière.

  • L’Ethereum

Lancé en juillet 2015, le système Ethereum (ETH) a réussi à décrocher un succès énorme. Et cela suite à sa solution qui va plus loin que celle proposée par le Bitcoin, avec la mise en place de « smart contracts » (contrats intelligents). En effet, il s’agit de contrats totalement décentralisés. Leur programmation se fait avec « Solidity ». Elle est spécifique et intégrée à la technologie « Blockchain ». Le but de l’ETH est de permettre de rédiger des contrats autonomes qui facilitent les transactions et les rendent plus sûres avec des couts associés plus bas. Le système Ethereum est capable de créer un nouveau bloc chaque 15 secondes, contrairement au Bitcoin qui l’effectue entre 10 à 15 minutes.

Selon la capitalisation boursière du 5 mai 2021 : une valeur de 338,702 milliards de dollars.

 

  • Le Ripple :

Lancé en 2012, ce système cible l’amélioration de la structure de paiement mondiale. Réellement, avec Ripple, les paiements sont censés être plus rapides : ils sont réglés en 4 secondes. La « Blockchain » liée au Ripple peut supporter un très grand nombre de transactions par rapport à ses concurrents (près de 1500).

Ce n’est pas alors surprenant de savoir que Ripple compte désormais plus de 100 entreprises clientes dont de grands noms tels que American Express, Unicredit…

D’après la capitalisation boursière du 5 mai 2021 : une estimation de 70,530 milliards de dollars.

 

  • Le Litecoin

Lancé en 2011, ce dernier offre une taille de bloc plus grande mais avec des coûts de transactions plus faibles. D’ailleurs, le temps de confirmation par transaction avec le Litecoin est quatre fois plus rapide que le Bitcoin. (2,5 minutes contre 10 minutes).

Suivant la capitalisation boursière du 5 mai 2021 : 22,858 milliards de dollars.

 

Les enjeux rencontrés par les crypto monnaies 

La devise virtuelle a réalisé un grand succès. D’ailleurs plusieurs célébrités (tel que Elon Musk dont la biographie Twitter témoigne la présence du mot « Bitcoin »). Ceux-ci montrent leur soutien mutuel à l’égard de cette dernière innovation remarquable. Certes la crypto monnaie a connu une parfaite  réussite mais elle est en face de plusieurs obstacles.

Toutefois, la législation sur les crypto devises dépend d’un pays à un autre. De plus, les banques centrales ne les reconnaissent pas et ne leur donnent pas le même titre que les devises nationales. Ainsi que leur statut juridique demeure encore non existant.

En outre, plusieurs pays s’y opposent fortement. Peut-être la seule  raison majeure est le fait que les transactions par le biais des crypto monnaies soient anonymes et intraçables. Mais aussi elles sont largement non réglementées. Elles peuvent ainsi dévier de but et contribuer à des faits malveillants tels que les activités criminelles, le terrorisme…

Des pays, comme les Etats Unis à titre d’exemple, ont pris une position positive sur l’utilisation de la crypto monnaie. Alors que pleins d’autres la considèrent comme un haut risque en la refusant et l’interdisant tel est le cas pour la Tunisie, le Niger…

Malgré le fait que le risque est toujours présent, nul ne peut nier les biens et les facilités que la devise virtuelle apporte. C’est un moyen efficace de paiement de services et de biens. Un actif financier pour investir et un moyen pour financer les entreprises via le crowdfunding crypto-equity.

Le refus total ne constitue pas vraiment l’alternative idéale. D’ailleurs une étude par « Deutsche Bank » signale qu’il est fort probable que l’inflation est courante. Si cela devient le cas, la demande des devises alternatives sera alors élevée.

La crypto monnaie reste en changement perpétuel. C’est une notion qui n’est pas très sûre et donc son avenir n’est pas assez clair. Mais cela n’encourage pas en aucun cas, sa négligence et son déni.

 

Finalement, La question qui se pose : Et si le monde arrivera un jour à accepter cette monnaie virtuelle à la place des pièces concrètes et classiques ? 

Facebook Comments